Vision d’un marcheur sur le début de la marche

lundi 9 juillet 2007
par  RDEVolution
popularité : 13%

Voici un ressentis de la marche trouvé sur le net,
il résume bien le départ,
nous sommes actuellement à la Maison du Pont
on vous communique des nouvelles avant de repartir

Après 10 jours en compagnie des marcheurs du vivant, je vous livre ici le récit des premières étapes auxquelles j’ai participé, du 4 au 14 février 2007 :

Arrivé dimanche en fin d’après-midi à Laval Dieu, sur un site naturel enchanteur, lieu du campement pour les derniers préparatifs avant le départ, j’ai fais la connaissance d’une cinquantaine de personnes qui étaient déjà sur place pour l’organisation. Le soir, nous sommes allés à Rennes-les-bains, à quelques kilomètres du camp, pour y donner le premier spectacle de la marche sur la place publique, suivi d’une soupe collective offerte aux villageois, avant de finir la soirée sur des improvisations musicales dans le bar jouxtant la place.

Le lendemain, nous avons fini les préparatifs, avant de nous mettre en route mardi pour la première étape de la marche, destination Couiza, à 10 km du camp de base.
[dpart-marche.jpg]
Départ de la Marche du vivant

Environ 115 marcheurs prirent le départ le mardi 6 février à Laval Dieu. Par la suite, entre 60 et 80 personnes suivirent la marche quotidiennement, dont un noyau dur d’une cinquantaine de participants restant plusieurs semaines sur la marche, puis d’une vingtaine de "voltigeurs", venant faire une ou deux étapes passant près de chez eux...Certains vinrent et se sentirent comme chez eux et restèrent plus longtemps que prévu, d’autres aux contraire ne se sentaient finalement pas en accord avec la marche et repartaient aussitôt. Chacun étant totalement libre à chaque instant de joindre ou de quitter la marche.

Je passe ici le nom de chaque village traversé dans l’Aude puis dans le Tarn au fil des étapes, supposant que cela ne parlera sans doute qu’à une minorité d’entre vous qui connaissez bien ces régions...
La seule ville qui vous parlera sûrement est Carcassonne, où nous nous sommes arrêtés samedi 10 février. Nous devions originellement y rester 2 jours mais la municipalité nous a gentiment demandé de partir. Il faut dire que les premières étapes furent plutôt incertaines, les forces de l’ordre nous attendant à chaque nouveau campement. Les organisateurs avaient pourtant prévenu chaque mairie de notre passage, mais beaucoup firent semblant de ne rien entendre, pensant que nous renoncerions à passer par chez elles. C’étaient mal connaître les Vivants !...

Ainsi, chaque étape était ponctuée d’une discussion avec les forces de l’ordre, soit dit en passant toujours très compréhensive envers la marche, afin de les convaincre de nous laisser passer juste la nuit sur leur domaine publique. Voyant que nous n’étions en rien des voleurs ou des semeurs de trouble de l’ordre public, ils consentaient finalement tous à nous laisser nous installer comme prévu.

Je rassure ceux d’entre vous qui aimeraient rejoindre la marche, ces incidents ne se reproduiront plus dès à présent car la marche sera par la suite bien accueillie par les autorités des villages des autres départements traversés. Seul les mairies de l’Aude (peut-être un département très conservateur ?...) ont montré leur réticences face à la marche du vivant.

Le soir, des cercles de paroles étaient organisés dans la yourte pour que chacun puisse exprimer ses désirs et visions pour améliorer la marche, ainsi que pour régler les problèmes techniques (nourriture, fonctionnement du camp, spectacle, itinéraires de la marche etc...). Ce que je n’imaginais pas en arrivant sur la marche, c’est toute la logistique nécessaire à son bon déroulement : Une grande yourte et deux zomes (structure géométrique formée d’une double hélice de losanges...) formant le campement, à monter et démonter à chaque étape. Pour la nourriture, une soixantaine de repas à faire quotidiennement, etc. Pour que tout cela se déroule sans accros, une vingtaine de personne par étape se retrouvait donc dans "l’équipe technique", pour que tout soit fin prêt lors de l’arrivée des marcheurs sur le campement de l’étape. Une véritable organisation qui s’est perfectionnée de jours en jours au fil des premières étapes, le temps que les équipes se rodent...
[camp-lavaldieu.jpg]
Vu du zome et de la yourte à Laval Dieu

Pour terminer, j’aimerais ici rendre hommage à toutes ces magnifiques âmes rencontrées sur la marche. Jamais je n’aurais imaginé en partant pour cette aventure rencontrer autant de personnes si belles et si grandes intérieurement. J’aimerais beaucoup vous les présenter une par une, mais par soucis de préserver leur intimité et leur anonymat, je me retiendrais. Si vous voulez les rencontrer, une seule solution : partir marcher !...

Je remercie chacune d’entre elle pour son engagement dans la marche et pour sa dévotion pour l’humanité et la planète. Pour moi, tous ces marcheurs sont des anges. Ils ont tout laissé derrière eux pour se consacrer à l’avenir de leur prochain. Ils marchent par tout les temps, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, car ils croient en l’avenir de l’être humain et à son (r)éveil.

A travers chacun de leur pas, Une seule voix s’élève pour dire le plus simplement du monde : "Aimons et respectons la Vie, peut importe sa forme (humaine, animale, végétale ou minérale)..."
[soleil-uto.jpg]
La marche en marche...

Un beau message que celui du vivant, que je vous conseille de tout coeur d’aller expérimenter sur la marche. Cela ne peut être pour chacun qu’une magnifique aventure humaine d’une part, et intérieure d’autre part, à la découverte de qui nous sommes réellement au fond de notre être...

En ce qui me concerne, j’ai malheureusement dût écourter mon premier passage sur la marche (je devais y rester jusqu’au 22 février originellement...) pour des raisons physiques (inflammation des tendons d’Achille...) mais également parce que je ressentais le besoin de faire le point en moi pour bien assimiler tout ce que je venais d’expérimenter personnellement durant ces premiers jours de marche et pouvoir par la suite mieux y revenir...

Il me tarde déjà de retrouver toutes ces merveilleuses âmes laissées sur la marche, en espérant vous y retrouver également, cher lecteur contaminé par le besoin de célébrer la vie à travers la marche du vivant...
Je suis donc je marche...
Florian - 02.02.2007


pour voir les photos :http://www.monblog.ch/guerirlaterre/